SE TENIR DEBOUT

· Genre : Documentaire · Durée : 83 minutes

· Site officiel :

Synopsis

"L'histoire de jeunes Inuit qui se sont battus pour créer un Nunavik modeme"
Au moment où le Québec développe son Plan Nord, ses citoyens les plus au nord, les Inuits du Nunavik, sont sur le point de célébrer le 40e anniversaire de la Convention de la Baie James et du Grand Nord Québécois. Un projet tournant dans l’histoire de ce peuple mais aussi pour l’ensemble des citoyens du Québec. Cet accord a été la première entente sur les revendications territoriales dans l'histoire canadienne. Il a aussi été la base qui a permis l'inclusion des droits autochtones dans la Constitution canadienne en 1982. La négociation et la signature de cet accord ont été un premier éveil pour la majorité des Québécois à l'existence de leurs concitoyens de l'Arctique.

NAPAGUNNAQULLUSI - Debout est l’histoire, à la David et Goliath, de l’intense bataille menée par les Inuit lors des négociations tendues qui ont conduit à la signature de l’Accord de la Baie-James et du Nord Québécois en novembre 1975. C'est l'histoire d'une petite bande de jeunes autochtones, déterminés à livrer combat contre le tout-puissant gouvernement déterminé à usurper leur territoire menaçant ainsi leur mode de vie. Mais à quel prix pour eux et pour leurs communautés?

Quand Robert Bourassa a annoncé son plan "Énergie du Nord» en 1971, le «Nouveau-Québec» était un territoire négligé alors occupé par quatre mille Inuits ayant peu de liens avec le reste du Québec et de ses habitants. Aucune revendication territoriale à ce jour n’avait eu lieu au Canada et il n'y avait pas de reconnaissance des droits des autochtones ni au Québec, ni dans la loi canadienne..Jamais il n’était venu à l’idée de M. Bourassa de même simplement informer les Inuits et les Cris de la Baie-James de son gigantesque projet.
Les Inuit faisaient face à un des plus grands projets de société : l’harnachement des rivières pour l’autonomie énergétique et la création des fameux 100,000 emplois. En fait, les Inuits prirent connaissance du Plan Bourassa par leurs voisins Cris alors que la construction avait déjà commencée.

Pendant qu’Hydro-Québec levait des capitaux à Wall Street et rassemblait une armée de travailleurs et des tonnes d'équipements, la communauté Inuit élisait ses représentants, dont la plupart avaient à peine vingt ans, sans diplôme d'études secondaires, mais pouvant au moins parler une langue autre que l'inuktitut. Leurs deux avocats, une fois trouvés, faisaient face à la cohorte de juristes chevronnés du gouvernement et d’Hydro-Québec qui, se relayant, étiraient les sessions à 16 heures par jour. Les Inuits étaient pris au piège en ville pendant des mois loin de leur communauté, vivant dans un hôtel minable et se nourrissant de sandwichs. Ils se sentaient dévastés par le processus…

La CBJNQ aura 40 ans l'an prochain. En fin de compte, cet accord a jeté les bases de ce qui est devenu aujourd'hui le Nunavik: un territoire de onze mille Inuits ayant un certain degré d'autonomie et des liens solides avec leur langue et leurs traditions. Une nouvelle génération de Nunavimmiut commence à prendre les rênes. Les anciens se rendent compte que la jeune génération n'a aucune idée de ce qu’étaient les enjeux, de ce qui s'est passé à l'époque et comment Nunavik est devenu ce qu’il est. Qu’y ont-ils gagné ? À quoi ont-ils renoncés ? Qu’étaient les vrais enjeux ? Où en seraient-ils aujourd’hui si ces jeunes n’avaient pas relevé le flambeau et n’avaient pu signer cet accord. Notre film les amène au coeur de la bataille.

Du coté Inuit, neuf des onze signataires inuit de l'accord sont encore en vie. Leur tâche immense et souvent ingrate fut d'endiguer le raz-de-marée d’Hydro-Québec, d’affirmer les positions, de défendre les intérêts de la communauté Inuit et de convaincre ses membres d’accepter un accord toujours imparfait aux yeux de plusieurs. Les séquelles laissées par cette négociation et la signature de l’Accord sont toujours visibles chez les Nunavimmiuts. Nous entendons entre autres John Ciaccia, alors négociateur en chef pour le gouvernement Bourassa, Armand Couture, négociateur pour Hydro-Québec et qui en deviendra le président.
C’est pourquoi les signataires sont maintenant plus que déterminés à transmettre à la jeune génération, pendant qu'ils sont encore en mesure de le faire, leur expérience de ces mois sombres et tendus où leur avenir était plus que compromis.

Réalisateur(s) Ole Gjerstad

Acteur(s) Avec la participation de :

Charlie Watt
Zebedee Nungak
Charlie Arngak
Tommy Cain
Peter Inukpuk
Putulik Papigatuk
Robbie Tookalook
Sarollie Weetaluktuk
Johnny Williams
Jason Annahatak
Alec Gordon
Mosusie Naluiyuk
Johnny Peters
Eliassie Sallualuk
Mary Simon
William Tagoona
Ali Tulugak
Johnny Watt

Et

Max Bernard
Paul Bussieres
John Ciaccia
Billy Diamond
Greg Fisk
Neil Greig
Robert Kanatewat
James O’Reilly
Macky Sayers

Producteur(s)
Bernard Lajoie

Producteurs exécutifs :
Bernard Lajoie
William Tagoona

Distributeur(s) Studio Pascal Blais

Critique

« Un film fascinant » – Marco Fortier, Le Devoir

Galerie d'images

SoThatYouCanStand__EndScene STYCS_JasonAnnahatak_SarollieWeetluktuk STYCS_Signatories

Se tenir debout est l’histoire, à la David et Goliath, de l’intense bataille menée par les Inuit lors des négociations tendues qui ont conduit à la signature de l’Accord de la Baie-James et du Nord Québécois en novembre 1975. C’est l’histoire d’une petite bande de jeunes autochtones, déterminés à livrer combat contre le tout-puissant gouvernement déterminé à usurper leur territoire menaçant ainsi leur mode de vie. Mais à quel prix pour eux et pour leurs communautés?

À noter: Les membres de l’équipe du film peuvent se rendre disponibles pour venir à votre projection et discuter du tournage avec vous. Mentionnez-nous votre intérêt dans la section "Commentaires du formulaire de commande de film".

« Retour à la liste des films
1 Commentaire
  1. While the filmmaking in Se tenir debout is rather straightforward, it s compelling to see these old men reflect on their involvement in the proceedings that would define their people s future, and Gjerstad gets his hands on an impressive amount of old footage to bring the whole thing to life.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*